La poule rousse

La poule rousse ou roussette, très répandue dans les fermes et les jardins, est d’une grande productivité. C’est pour cette raison qu’elle est malheureusement très utilisée en élevage intensif.

Dans cet article, nous allons faire connaissance avec cette poule très convoitée par les éleveurs amateurs. Nous allons voir son origine, ses caractéristiques, son caractère. Egalement quelques astuces pour la soigner et lui permettre de s’épanouir comme il se doit. 

La poule rousse : son histoire, ses origines 

La poule rousse ou poule fermière est d’une nature hybride. Ce n’est donc pas une race de poule à part entière. Elle est issue de plusieurs savants croisements de race. Notamment de poules de races Américaines telles que la Lotman, la Warren ou la Brown, pour ne citer qu’elles.

Ce sont toutes des poules aux belles couleurs rousses plus ou moins foncées. Celle-ci donnent donc ce plumage couleur terre de feu à cette jolie poule mais avec des variantes (roux clair, roux moyen ou encore roux flamboyant).

Elle existe dans le monde entier, et on la retrouve dans les élevages industriels et dans toutes les basses-cours. Elle fait partie de notre paysage depuis notre enfance (contes de la petite poule rousse par exemple).

photo d'une poule rousse
Photo poule rousse

La poule rousse et ses caractéristiques

La poule rousse, réputée pour sa grande productivité est une poule de petite taille. Celle-ci a un poids plume de 2 kg environ. Très vite repérée au sein du poulailler, parce qu’elle se distingue par son allure, mais aussi avec son bec aiguisé et ses longues griffes.

Ce physique harmonieux se termine par quelques plumes noires et blanches au niveau de la queue. Avec une alimentation équilibrée et un cadre de vie sain (saison, climat, lumière…) elle est parfaitement capable, malgré son petit gabarit, de pondre en moyenne 200 à 300 œufs roux par an, d’environ 60g chacun.

La poule rousse est considérée comme une super pondeuse des plus connues dans les élevages agro-alimentaires intensifs. Elle commence très tôt à pondre mais il ne faut pas trop lui demander de couver ses œufs. Comme poule elle n’est pas une bonne mère, il fallait bien lui trouver un petit défaut ! C’est aussi un volatile qui n’est pas très réputé pour sa bonne chair. (Infos sur les entreprises de production de cette race ici)

Le caractère de la poule rousse 

Facile à élever, la poule rousse est reconnue pour son bon caractère. Elle s’apprivoise facilement, et ne se bat pas avec ses congénères au poulailler. Elle ne craint pas l’homme et chercherait même sa compagnie car elle est De nature très docile.

Au contraire, on la trouve culottée quelquefois car elle n’hésite pas à entrer dans votre maison pour y chercher de la nourriture à picorer. 

Dotée d’une excellente mémoire, la poule rousse reconnaît son monde intelligemment. Sociable et affectueuse, elle sera très vite indispensable aux jeunes enfants du foyer.

Nutrition, soins et habitat de la poule rousse

Côté nutrition, la hybrides F1 aimera trouver un mélange de graines, de la salade, certains légumes crus dans sa mangeoire et appréciera de l’eau fraîche dans son abreuvoir. Dans un recoin du poulailler, réservez-lui une litière faite de paille et de foin pour lui constituer un nid confortable pour la ponte.

Si vous pouvez, réservez lui aussi un carré de jardin où elle prendra beaucoup de plaisir à picorer les mauvaises herbes et les insectes. Elles raffolent de l’herbe et de la terre sablonneuse pour entretenir leurs plumages. Vous récolterez ainsi chaque jour de bons œufs frais en quantité et votre jardin sera bien entretenu par la même occasion.

Il ne vous reste plus qu’à adopter une jolie poule rousse chez un agriculteur ou au marché local et n‘oubliez pas que la poule domestique sera d’autant plus heureuse et productive si elle est accompagnée d’une deuxième poule pour éviter la déprime ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.